Avant d'aller plus loin dans le site , il me parait intéressant de faire un petit retour
en arrière pour se rappeler l'Histoire de la Boule Lyonnaise.
Et tout d'abord l'élément indispensable : la boule
 
Avant de parler à proprement dit de boules lyonnaises, il faut savoir que le jeu de boules, pratiqué
sous différentes formes tout au long de notre histoire, a fait son apparition dès l'antiquité chez les
Grecs sous le nom de "sphéristique". 
Puis il toucha toutes les autres grandes civilisations de l'époque : Romaines, Egyptiennes, Chinoises.
La pierre, sous forme de petites sphères rondes et lisses, était la matière première de l'époque.
Le jeu de boules fut amené en France par des marins Phéniciens et, très vite se répandit d'abord en
Septimanie (sur la côte méditérranéenne) puis dans toute la vallée du Rhône.
 
 
Au Moyen Age, ce jeu très populaire, ne se jouait plus avec des boules en pierre mais aves des
boules en bois fabriquées à base d'orme, de buis ou d'hêtre.
A la fin du 19ème siècle, les fabricants de boules étaient de vrais artistes. Les clous de différentes
matières (fer, cuivre, laiton) permettaient de faire plusieurs sortes de symboles : des chiffres mais
aussi des étoiles, des fleurs, des coeurs, d'après les souhaits des joueurs .
 
 
 
 
Puis en 1923 vint le déclin de la boule cloutée car Vincent Mille et Paul Courtieu qui étaient
fabricants de menottes, débutèrent la fabrication des boules en fonte.
"La boule Intégrale" était née.
 
Après "l'âge de pierre" puis "l'âge de bois" nous voici arrivés aujourd'hui à "l'âge de bronze".
Voici le procédé de fabrication d'une boule lyonnaise :
 
Le Métal : Appelé "bronze d'alu", il nécessite la sélection de matières premières pures : cuivre
                   aluminium, nickel, fer. Le mélange est élaboré dans un creuset chauffé à 1100° .
 
La Coulée : La boule est réalisée à l'aide d'un moule dans lequel sera inséré un noyau de sable
                    préalablement réalisé par cuisson, ceci permettant l'évidement de la partie centrale
                    de la boule. Le choix du moule déterminera le diamètre de la boule, celui du noyau
                    déterminera l'épaisseur du métal, donc le poids de la boule.
 
l'Usinage : Pour les "racleuses" (boules qui s'amortissent en tombant), l'opération de remplissage
                  composé de caoutchouc sera nécessaire. Ensuite la boule va être équilibrée, phase
                  importante et délicate réalisée sur bain de mercure.
 
Le Striage : Une boule lyonnaise ne reste jamais lisse, elle est plus ou moins striée. Il existe 70
                     dessins possibles.
 
Le Marquage : Il s'agit du poinçon d'agrément du fabricant et des initiales du joueur.
 
Le Polissage : Effectué avec un grain approprié afin d'éviter le glissement de la boule dans la main.
                        La boule est alors prête à l'emploi.
 
                                                                                                                              
                                    Page suivante